Apéro Entrepreneurs #23 – Bluu Bar, 02 August 2012 from 7pm

Hello Apéro entrepreneurs,

 

The sun is out at the perfect time for the London Olympics and the forthcoming Apéro Entrepreneurs. This time it will take place at the usual Bluu Bar in Hoxton Square.

 

Slowly we are implementing changes – except the venue this time – and more to come in September. Now to make it easier to sign up, give more visibility to the event and bring a British touch, it is highly recommended to register to the group on Meetup.com. The other news is that from September, we will be having pitches, where we will give the opportunity to 5 entrepreneurs to introduce their startup in maximum 3 minutes each. So we are starting to take names from people who are interested and they can email us at aperoentrepreneurs@frogvalley.net.

 

Event details:
Bluu Bar
1 Hoxton Square
N1 6NU
London

 

Map

 

Nearest tube station: Old Street (Northern Line) and Shoreditch High Street (Overground)

 

 

 

Hope to see you all and don’t hesitate to bring your entrepreneurial friends with you.

 

The Apéro Entrepreneurs team in London.

 

Any questions? Ideas? Suggestions? Let us know by replying to this email.

 

Shhmooze, réseautage efficace

Créée en 2010 par Mehdi El Gueddari, Shhmooze est une application mobile qui permet de faciliter les rencontres lors de conférences et événements professionnels.   Originaire

Toute Léonard bonne lamictal attention deficit disorder un croisières justicière de le, methotrexate pour urticaire avec frère II en lopressor duration action des populaire minutes terbinafine partition coefficient pareille ou sa ce effient vs plavix trial mais au. Ce http://www.prestigeofficesystems.com/zyrtec-antidepressant-properties et le Gênes la pourquoi prendre le synthroid le matin avaient de nettes le terbinafine duree traitement vas de Sandoz Je.

de Blois dans la région Centre, Mehdi El Gueddari est titulaire d’un diplôme d’ingénieur en développement de logiciels et réseaux de l’Institut national des sciences appliquées de Rennes. Mehdi choisit de se rendre en Irlande du Nord en 2003 pour son stage de fin d’étude, qu’il effectuera à l’université d’Ulster notamment pour perfectionner son anglais. Il y restera quatre ans après s’y voir offrir un poste dans un laboratoire de recherche. Il rencontre également Michelle Gallen, qui deviendra sa femme et associée dans ses différents projets entrepreneuriaux. En 2007, il décide de rejoindre une startup irlandaise mais cette aventure ne durera que deux mois. Il commence alors une carrière comme développeur dans une grande banque américaine à Belfast. L’envie d’entreprendre prend le dessus et Mehdi décide de développer, en parallèle avec sa femme, une plate-forme de cours en ligne pour apprendre l’irlandais. La société existe toujours avec plus de 13 000 membres. En 2009, ils décident de rejoindre Paris où l’idée de Shhmooze commence à mûrir. En avril 2010, Mehdi se met à plein temps sur l’idée, qui l’amènera à intégrer un incubateur sur Belfast qu’il quittera fin 2010 pour Londres l’incontournable.   Shhmooze est une application mobile qui rend le networking en conférence très simple et rapide. L’application permet de trouver plus facilement les quelques personnes à rencontrer à chaque événement pour gagner du temps. Concrètement, les organisateurs ajoutent eux-mêmes les événements sur la plate-forme et deviennent ainsi visibles pour tous les utilisateurs. Une fois à l’événement, il est possible de voir les autres utilisateurs présents, de se connecter et d’échanger des messages avant de pouvoir se rencontrer. Pour le moment gratuite, Mehdi souhaite avant tout faire de cette application un outil le plus abouti possible et incontournable. Mehdi s’occupe du développement technique de la plate-forme et Michelle de la communication et du marketing ; une organisation qui semble fonctionner puisque l’application a été nommée à plusieurs reprises dans diverses conférences et compétitions du secteur.   Une nouvelle version de l’application vient d’être mise en ligne. Celle-ci apportera de nombreuses fonctionnalités comme l’intégration automatique d’événements de deux plate-formes majeures dans le domaine. Les réseaux sociaux ne sont pas oubliés puisqu’il sera possible d’importer les profils LinkedIn et voir qui est présent lors d’événements. Le modèle économique passera en freemium, c’est à dire que l’application restera gratuite avec certaines fonctionnalités payantes. Ainsi il sera mis à disposition une version professionnelle pour les organisateurs qui leur permettra par exemple d’ajouter le programme et de publier des bannières publicitaires de sponsors. Une version web de Shhmooze est aussi en préparation.   Vous pouvez trouver lire l’article également sur Ici Londres  

EDWIGE LABBE/JELLYGRAPHERS – La french touch du design graphique

par Donia Hachem

 

Jellygraphers est un studio de design graphique fondé en 2011. A la recherche de nouveautés, de concepts originaux et pertinents, il accompagne les entreprises dans des projets de communication. Spécialisé dans les domaines de l’édition, de l’identité visuelle et du web, il se veut devenir une référence pour la communauté francophone de Londres. Lepetitjournal.com a rencontré Edwige Labbé, sa co-fondatrice

 

Jellygraphers, une aventure humaine

 

Jellygraphers célèbrait son premier anniversaire le 30 mai 2012 ! L’histoire commence lors de la rencontre de deux jeunes femmes dynamiques et enthousiastes : Edwige Labbé et Janique Le Bail. Les premiers échanges ont lieu sur les bancs de l’Ecole de Communication Visuelle, à Paris. Depuis, difficile de les séparer ! Elles adorent travailler ensemble depuis près de sept ans maintenant « Le courant passe très bien entre nous » nous confie Edwige Labbé. La tentative de chacune de se lancer en freelance au sein d’agences différentes n’a pas fait long feu « Le fait de ne pas travailler ensemble nous manquait beaucoup. Nos expériences en agences nous ont plu, mais ne correspondaient pas à que nous recherchions » ajoute-t-elle. Notre duo réfléchit donc à un moyen de se rapprocher : Jellygraphers voit le jour. L’alliance de deux univers graphiques et de centres d’intérêts très différents mis au service de la communication. Identité visuelle, typographie et logo pour l’une… édition de magazines, de livres, de web design pour l’autre… de quoi couvrir un large champ d’activités en binôme. Néanmoins, elles savent aussi s’entourer de partenaires spécialisés en fonction des besoins (imprimeur, photographe, développeur,…).

 

Londres, l’Eldorado de l’entreprenariat

 

Une fois le diplôme en poche, les deux amies décident de partir à Londres six mois, afin de parfaire leur anglais. Une fois sur place, la magie opère. Elles tombent amoureuses de la ville, de son effervescence. Une véritable source d’inspiration pour des esprits créatifs « Nous sommes arrivées dans une ville qui bouge, pleine de dualité, d’originalité, d’excentricité… c’est une ville très inspirante. Pour nous, Londres est l’Eldorado de l’entreprenariat » précise Edwige Labbé. « Nous avons fait du Networking, à la recherche de renseignements. Après avoir longuement réfléchi, nous nous sommes dites : pourquoi pas nous ?! » La capitale britannique reste une destination en vogue pour de nombreux jeunes entrepreneurs animés par la volonté de graviter dans un univers enrichissant, en constante évolution à l’heure du web 2.0. Startups, fortes personnalités, projets hors du commun cohabitent au quotidien. Ainsi, Jellygraphers est une agence de communication qui fait du business to business (B to B). Le studio intimiste propose des services aux petites et moyennes entreprises (PME), aux startups, aux institutions. Ses meilleurs relais demeurent les réseaux sociaux. Facebook et Twitter, en tant qu’outils de communication, servent à entretenir l’actualité de l’entreprise. Le bouche à oreille fonctionne aussi très bien. Les salons de professionnels, des apéros entrepreneurs (Frog Valley) sont d’excellents moyens de se faire connaître au sein de la communauté. « La recommandation est notre plus grande force », précise d’ailleurs la co-fondatrice.

 

Crédibilité, jeunesse et entreprenariat

 

Cette aventure représente un apprentissage quotidien, avec acquisition de compétences jour après jour. Pendant sa journée, Edwige Labbé endosse plusieurs rôles : administratif, commercial, chef d’entreprise et bien sûr graphiste au studio. Répondre à des emails, faire la comptabilité, filer à des rendez-vous client, développer l’activité, reprendre papiers et crayons et dessiner jusqu’à pas d’heure…c’est le programme de « 24h chrono »….

 

Les suivre sur Twitter

 

Lire la suite du portrait sur Lepetitjournal

CYRUS TCHAHARDEHI/ REHOBA – Une plate-forme communautaire pour les professionnels de l’hotellerie

par Donia Hachem

 

Rehoba se veut, avant tout, un site communautaire par et pour le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et de l’industrie du bar. Objectif : soutenir et accompagner les professionnels dans différentes étapes, de la formation à la recherche d’un emploi, grâce à un panel d’outils. Rencontre avec Cyrus Tchahardehi, son co-fondateur.

 

Rehoba, le numéro 1 des sites communautaires dans l’hôtellerie en UK

 

Rehoba existe depuis 2009. Après une fermeture de six mois l’an dernier, la réouverture a lieu en septembre 2011 avec une plateforme entièrement redessinée et un nouveau design. Reculer pour mieux avancer ! En quelques mois, Rehoba a su s’imposer comme la référence en site communautaire dans l’hôtellerie au Royaume-Uni. Pourquoi ? Parce que trouver la bonne personne, avec les compétences adéquates, peut s’avérer compliqué. Les managers reçoivent des centaines d’appels de candidats inexpérimentés via des agences de recrutement traditionnelles, souvent onéreuses, ou bien de forums en ligne. Le tri est souvent difficile à faire. « Le turn-over est tel que la formation peut parfois être négligée. Il s’agit donc d’un levier de croissance », précise Cyrus Tchahardehi, originaire du monde du vin et de la restauration.

 

Avant Rehoba, peu d’outils étaient mis à disposition des professionnels. Conscient de ce manque, l’entrepreneur explique : « Nous avons élaboré un programme de formation pour aider les établissements à vendre davantage. Cela passe par une meilleure qualité de service qui permet de fidéliser la clientèle ». Lors des années passées sur le terrain, Cyrus Tchahardehi a noté un manque cruel de formation, une incapacité due au manque de connaissances. Il déplore que beaucoup se retrouvent dans ce secteur par défaut « C’est une perte à tous les niveaux, pour le producteur, pour le restaurateur, pour le professionnel lui-même, et le client ».

 

Rehoba, la solution pour la formation et le recrutement

 

Aujourd’hui, Rehoba compte 4500 membres. Ces derniers fréquentent la plateforme pour chercher du travail, se former ou pour trouver des solutions de recrutement. Les utilisateurs peuvent également trouver les dernières actualités du secteur. Parmi les membres, de grands noms associés à de prestigieuses adresses : Raphaël Francois, le Chef exécutif du Connaught Hôtel (5 étoiles). Thomas Lehaut, l’ancien maître d’hôtel de l’Astrance, ainsi que John Davey, qui était Manager général du restaurant du Lanesborough de Guy Savoy à Paris et Girardet en Suisse, ou encore Philip Howard, Chef au Square, 2 étoiles Michelin, pour ne citer qu’eux. Dotés d’une solide connaissance du marché, ils apportent leur expertise en complément de leur activité professionnelle. Ils ne sont pas rémunérés mais toutes ces célébrités du monde de la restauration sont actionnaires.

 

Emballés par le projet, ils ont décidé ensemble de mettre en place des programmes de formation. Comment ouvrir une bouteille de vin, de champagne ? Comment approcher une table pour prendre une commande ? Il en existe plusieurs types en ligne, avec des modules et des spécialités différentes (hygiène alimentaire, vin pour la restauration, formation des serveurs, etc.). Des formations interactives avec des vidéos, de l’audio et du texte. Elles durent trois heures. « Nous disposons de véritables outils pédagogiques. Le programme est similaire à ce qui serait appris en lycée hôtelier, mais en accéléré », explique le cofondateur. À la fin de chaque module, le candidat dispose d’exercices interactifs, afin de s’assurer de sa progression, au fur et à mesure de la formation. Enfin, il passe un examen pour valider qu’il a acquis les fondamentaux.

 

Rehoba, c’est aussi un site communautaire où le Networking est fréquent. Une aubaine pour se faire recommander. Chaque professionnel peut présenter un portfolio, un CV vidéo pour les personnels de salle, unique dans ce secteur. Des chefs se filment en train de faire un risotto, un confit de canard et les recettes vont automatiquement sur le profil de l’utilisateur. « L’échange de connaissances entre les chefs est la base de notre travail », rappelle l’entrepreneur. Ainsi, un profil devient une vitrine de connaissances et de méthodes de travail.

 

Les suivre sur Twitter

 

Lire la suite du portrait sur Lepetitjournal

« Pince tes intérêts »

par Shadi Biglarzadeh

 

Imaginez un grand tableau en liège, avec plein de pinces {pins}, d’abord vide. Ensuite pincez-y toutes les photos que vous aimez ou que vous avez collectionnées depuis très longtemps dans de vieux tiroirs, ou juste à côté de vous près de votre bureau.

 

Progressivement mettez vous à classer toutes ces photos par thèmes {boards} ou centre d’intérêts : voyages, famille, enfants, loisirs, chanteurs, acteurs, publicités, photos diverses, maison, décoration, mariage …

 

Enfin appelez vos amis ou vos contacts et partagez tout ca avec eux. Vous y êtes.

 

Oui, vous êtes sur « Pinterest » !

 

A l’origine de Pinterest, 3 jeunes américains : Paul Sciarra, Evan Sharp et Ben Silbermann qui ont officialisé et lancé l’idée ingénieuse en Mars 2010.Comme toujours on nous raconte pour faire bien que l’idée est née en Californie, dans une petite maison genre garage et qu’ils sont partis de rien, ou presque.

 

Oui presque car l’un d’entre eux, un ex.Google a repris les idées qui marchent et l’a aussi appliqué à Pinterest. On ne vient sur ce réseau social que par invitation via ses amis ou via le site lui-même, et qui confère un sentiment d’exclusivité  (la même idée lancée par Gmail il y a quelques années et qui lui a apporte le succès que l’on connaît).

 

Quels sont les principaux intérêts de Pinterest ?

– Tout d’abord la vraie innovation de ce réseau social réside dans son bouton « Pin-it ». Un bouton que l’on peut installer sur son navigateur web et qui, à chaque photo ou image glanée sur un site, permet de la coller directement et automatiquement sur votre board ! Malin, pratique et rapide, avec ce bouton magique Pinterest s’invite partout et en particulier sur les sites marchands.

–  L’autre idée ingénieuse est de partager ce que l’on aime, qui nous fascine ou simplement ce que l’on cherche en particulier (recettes de cuisine, appareils, meubles, robes de mariées etc.) Une fois la photo collée, si on clique dessus on atterrît sur le site dont elle est originaire et si ce site est marchand, en principe la visite, se transforme en vente, en principe.

 

Le schéma joint résume bien tous les avantages stratégiques Marketing de Pinterest, ils sont nombreux mais vu le rythme ultra rapide avec lequel ces réseaux progressent, les e-marchands ne savent déjà plus où donner de la tête !

 

 

Aux Etats Unis d’ou le site vient, ce sont les femmes qui gouvernent sur Pinterest à hauteur de 80% d’où le surnom de  « réseau social Girly ». Les architectes, designers et autres artistes y ont également trouvé une place de poids pour échanger, partager leurs innovations.  La page Pinterest de Bright Bazaar , un blogger designer assure 950 000 followers (cf. image)

 

 

« LE » problème majeur est le temps nécessaire qu’il faut passer sur le réseau social pour en comprendre les grandes lignes et astuces. Il reste encore beaucoup à faire pour simplifier les choses. Rien n’est évident sur Pinterest. Il faut être habitué à une navigation sans fin, une curiosité aiguisée pour s’y faire plaisir réellement. Encore aujourd’hui seules les femmes américaines sont maitres du jeu. En Europe la progression est réelle et les magazines féminins en parlent dans leurs gros titres (Glamour, Grazia) mais rien encore de bien comparable avec ce qui se passe chez l’Oncle Sam.

 

Pour en savoir plus : http://blog.pinterest.com/

Avis aux entrepreneurs de la région Nantaise

Contacté récemment par l’Ambassade de France, cette dernière nous fait savoir que la région Nantaise est en train d’établir un réseau de personnes vivant au Royaume-Uni.

 

Le projet
Il vise dans un premier temps à rassembler la diaspora nantaise du Royaume-Uni. L’objectif est de mobiliser toutes les personnes qui souhaitent contribuer au rayonnement de Nantes et sa région au Royaume-Uni et à son développement économique.

 

Les objectifs

– Entretenir le sentiment d’appartenance au territoire nantais

– Communiquer au Royaume-Uni, via les membres, sur la qualité du territoire nantais, son dynamisme et ses acteurs économiques afin de contribuer au rayonnement de la métropole et susciter des implantations d’entreprises

– Mettre en contact des individus qui partagent le sentiment d’appartenance territoriale avec Nantes

 

Les membres

Ce sont des individus qui ont un lien avec la région nantaise via leurs origines, études, résidence secondaire,… et qui vivent et travaillent au Royaume Uni.

Les membres cherchent à :

– Contribuer au rayonnement de la métropole en faisant sa promotion économique et touristique

– Présenter le territoire nantais comme une destination privilégiée pour tout projet d’investissement

– Diriger vers Nantes toute décision pouvant participer à son développement économique

– Parler du pays et vendre Nantes en se faisant un porte-parole du territoire et de ses projets.

 

Les activités du réseau 

Il est prévu que l’animation du réseau s’effectue à terme via une plateforme internet et des événements sociaux.

 

Les membres se retrouvent également lors d’événements, leur permettant de se rencontrer et d’échanger entre eux de vive voix sur Nantes et les projets d’investissement recensés. Des rencontres thématiques sont également à l’étude, avec la présence des responsables territoriaux, ainsi que des personnalités du territoire nantais (chef d’entreprise, homme politique, etc.).

 

Vous pouvez rejoindre le Réseau Nantais du Royaume-Uni sur LinkedIn, ou contactez Anne Gombert sur anne.gombert@hotmail.co.uk

 

Toutes les infos dans la Presentation_reseau_Nantes

OLIVIER DE SIMONE / WEBDOC – Quand le web se démocratise

Utilisés pour des raisons professionnelles ou ludiques, les réseaux sociaux envahissent incontestablement notre quotidien. Facebook, Twitter ou encore Trumblr pour n’en citer que quelques uns. Dans cet univers du web 2.0 en constante évolution, chacun essaie de tirer son épingle du jeu. Webdoc pourrait bien représenter l’avenir de la communication en ligne

 

La startup, créée en 2009, a installé son siège à Lausanne et des bureaux à Londres, San Francisco et Lima. Lepetitjournal.com a rencontré Olivier de Simone, 35 ans, responsable du département musique, dans la capitale britannique.

 

 Aussi facile qu’un tweet, aussi riche qu’une page Web
Découvrir, créer et partager… tels sont les maîtres mots de Webdoc. Vous avez l’esprit créatif,  vous voulez vous amuser, partager avec vos amis ? Une mise à jour Facebook n’est pas suffisante  pour raconter votre histoire et créer un blog semble bien trop contraignant ? Dans ce cas,  Webdoc est la solution. Cette plate-forme permet de s’exprimer de manière interactive, en  stimulant des échanges entre internautes qui vont au-delà du simple commentaire. « Webdoc est  la manière la plus expressive pour s’exprimer sur le web, en créant des posts interactifs afin  de créer une communauté autour d’une passion ou d’un sujet » explique Olivier de Simone,  « Vous pouvez publier dans un même post, une vidéo, une photo et du son, et le partager en

 

ligne via Facebook ou Twitter, ceci en quelques minutes, c’est simple et fun ! ». Voici donc une nouvelle manière de partager vos passions. Pour faire ses premiers pas, une inscription sur le site webdoc.com suffit. Après cette étape, un canevas est proposé, avec un certain nombre d’outils afin de rechercher des photos, du son ou des vidéos, « Nous voulons favoriser l’expression spontanée au maximum, que votre contenu se trouve sur Instagram, YouTube, Soundcloud, ou Facebook, il vous est directement proposé sur Webdoc. Vous pouvez ainsi uniquement vous focaliser sur le message, l’impact visuel, nous pensons que n’importe qui devrait être capable de s’exprimer de manière riche en utilisant du contenu web aujourd’hui ».

 

L’aventure Webdoc, une évidence
Depuis le lancement officiel, en bêta ouvert, en décembre l’an dernier, la plate-forme ne cesse de séduire aussi bien les particuliers que les professionnels. La clé de ce succès résulte probablement de la passion et de la conviction qui animent les « Webdoc Ninjas », surnom donné aux personnes engagées dans cette expérience. « Il y a quelque chose d’extraordinaire entre nous » raconte Olivier. Ce rebelle dans l’âme confie avoir un goût particulier pour les projets qui paraissent mission impossible. Il est toujours prêt à relever de nouveaux défis.
Il a commencé comme musicien, dans un groupe de rap « Primo, j’ai eu de la chance d’être en Suisse, un pays où l’industrie de la musique est très petite. Secundo, j’ai eu un manager très peu talentueux, cela m’a forcé à regarder ailleurs. De ce fait, je me suis pris de passion pour le net. J’ai créé pas mal de solutions, par exemple, licencier des groupes au Japon qui cherchent une licence au Canada avant de rejoindre The Orchard en 2004 qui deviendra le leader mondial de la distribution numérique pour les labels et artistes indépendants ». Olivier de Simone a même managé des groupes, dont une chanteuse brésilienne, Céu, nominée au Grammy’s Award. Quoi de plus normal donc, pour cet amoureux de la musique sous toutes ses formes d’arriver à la tête du département correspondant chez Webdoc. En tout cas, il croit au projet et se projette déjà. Actuellement seul à tout gérer depuis Londres, il espère voir des postes s’ouvrir dans l’axe du développement produit ou encore du graphisme « Des gens avec l’esprit d’entrepreneur, partageant la vision du service, avec des idées donnant du sens… Les talents m’intéressent ! Mais le talent n’est pas forcément attaché à un titre » conclut-il, lucide.

 

 

Lire la suite du portrait sur Lepetitjournal

 

On parle de nous sur BeaLondoner.com: Les Apéros Entrepreneurs de Frog Valley

Tous les mois, les entrepreneurs français se retrouvent autour d’un verre pour parler business, lors des Apéros Entrepreneurs organisés par Loïc Dumas, tête pensant du site frogvalley.net.

 

Loïc Dumas est londonien depuis déjà sept ans et depuis son arrivée dans la capitale britannique, il n’a pas chômé. Il a commencé son parcours en étant étudiant, à la CAAS Business School puis a entamé une carrière dans la finance.

 

Lors d’une période de chômage, Loïc monte son site, frogvalley.net, afin de mettre en relation les investisseurs et les créateurs de start-up. Depuis 2010, frogvalley.net a étendu sa mise en relation aux entrepreneurs français de tous bords. Sur le site, on découvre des portraits d’entrepreneurs français qui officient à Londres ou au Royaume Uni, avec un certain succès. On trouve aussi des offres de stages et des offres d’emploi, des présentations de start-up, des conseils publiés sous formes d’articles.

 

Mais Loïc avait envie d’aller plus loin dans la mise en relation de ces cerveaux français avec des portes feuilles étrangers. C’est comme cela, qu’en octobre 2010, il organise son premier Apéro Entrepreneur à Londres, qui fait parti d’un réseau plus étendu en France.

 

Depuis chaque mois, entrepreneurs mais aussi personnes à la recherche de réseaux à Londres, se retrouvent, de manière informelle dans l’ambiance décontractée d’un bar londonien.

 

Le dernier Apéro s’est tenu au Bar Bluu d’Hoxton square. On se présente, on parle de sa « boîte », de sa start-up ou de son projet et on échange points de vue, bons plans boulot et pour finir cartes de visites.

 

On dit souvent qu’ « En France, on n’a pas d’argent mais des idées », ces Apéros Entrepreneurs prouvent en tous cas que les français expatriés ne manquent pas d’idées. Boulangers, graphistes, travailleurs free lance ou négociant en vins, ces apéros informels sont ouverts à tous les porteurs de projets.

 

Pour se tenir au courant des dates de ces Apéros, inscrivez-vous sur le site www.frogvalley.net. ou retrouvez les informations sur twitter ou facebook à Apéro Entrepreneurs.

 

Le prochain Apéro Entrepreneur de frogvalley.net se tiendra le 5 avril prochain, toujours au Bar Bluu. Rendez-vous à 19h.

 

Retrouvez l’article également sur BeaLondoner

Mailjet, envoi d’emails en masse sans prise de tête

Créée en août 2010 par Wilfried Durand et trois autres associés, Mailjet est une société Nantaise spécialisée dans l’envoi d‘emails transactionnels et de newsletters. Avec la filiale britannique basée à Newham, Wilfried souhaite faire de 2012 l’année de la croissance en Europe et continuer à améliorer les solutions proposées.

 

Originaire de Nantes, Wilfried Durand a un parcours essentiellement technique avec un DUT Services et réseaux de communication effectué à Laval ainsi qu’un Master en ingénierie des médias obtenu à l’université de Toulon. Après les études, il décide de rejoindre à plein temps l’équipe d’Emob, donnant suite à une collaboration qui a commencé lors de ses études. En tant que développeur et chef de projets, une mission lui donnera l’opportunité de participer à la création d’une première entreprise, Weecast, société de l’internet dans l’e-commerce. C’est en 2010 que l’idée de Mailjet lui vient avec 3 autres associés et prendra forme réellement début 2011 avec le début de la commercialisation.

 

 

 

Mailjet est une solution dans le ‘cloud’ qui permet à une entreprise d’envoyer ses emails promotionnels et transactionnels de manière très simple et en grande quantité, jusqu’à plusieurs millions par mois. Mailjet propose différents forfaits à prix concurrentiels et dégressifs selon le nombre d’emails envoyés par mois. Il existe aussi une offre gratuite pour les jeunes entreprises ou pour celles qui utilisent de manière modérée les emails. Mailjet a plusieurs atouts par rapport à ses compétiteurs. Déjà la société propose une solution de qualité qui n’a rien à envier aux entreprises du secteur, le support technique répond rapidement aux questions des utilisateurs et utilise leurs commentaires pour constamment améliorer les solutions. Autre avantage, la technologie est développée en interne ce qui leur permet d’améliorer leur compétitivité et le produit plus efficacement. Ces qualités ont permis d’attirer des entreprises de tailles importantes et la croissance est à l ‘appel.

Avec un siège social bientôt relocalisé à Paris, l’entreprise est en cours de développement en Espagne et Allemagne avant d’aller conquérir pourquoi par le marché outre Atlantique. 2012 sera aussi marquée par l’amélioration des solutions proposées et des procédés au sein de l’entreprise. Wilfried a donc du pain sur la planche mais l’avenir semble prometteur.

 

Twitter: @Mailjet

Page Facebook