FACEBOOK : bientôt sur le “déclin d’un empire Américain” ?

Par  Shadi Biglarzadeh – Marketing Specialist & Social Media Researcher – London

 

Inscrite sur Facebook deux ans après sa naissance, en 2006 (6 longues années d’utilisatrice), une occasion m’est donnée sur ce blog pour livrer mes impressions, et ce, à l’heure d’une prochaine entrée en bourse annoncée, comme on annonce l’arrivée d’un nouveau Président !

 

Beaucoup de choses ont été écrites ou dites mais « comme personne n’écoute ou ne lit » (André Gide) alors je m’amuse à répéter ici certaines évidences pour certains, et peut être des nouveautés pour d’autres…

 

Au début, comme tout nouveau business model (ou presque, car l’agenda universitaire premier objectif de Facebook a toujours existe, et partout) on s’emballe. On poste des statuts matin, midi, soir, des photos,  des liens, des publicités sur son actualité personnelle (je serai la a telle heure, me rejoindras-tu ?), on  ajoute le max d’amis même ceux que l’on ne connait pas ou même pire que l’on a jamais vus et ce sur les 5 continents. On crée des albums avec des centaines de photos, partagées a tout bout de champs, on « like », mais on ne peut pas « disliker » alors… on s’en contente… Tout change sans arrêt a vitesse grand V, le fond, les formes, les settings (ces fameux critères de confidentialité) d’aucuns râlent mais ca ne dure pas longtemps et hop la machine repart, et tout le monde avec…

 

Entre-temps, les Seniors s’y mettent. Ils ont compris que pour joindre enfants et petits enfants le téléphone ne suffisait plus. Rien de tel qu’un petit tchat sur Facebook pour faire non seulement branché mais pour obtenir des nouvelles du petit dernier dans des conditions optimales : gratuité, rapidité, liberté ! Si ca ce n’est pas du Marketing.

 

Finalement la grande machine de guerre se forge, grossit, sur grossît pour atteindre – presque en douce – près de 850 millions d’utilisateurs et ainsi devenir le 3e ou 4e pays du monde juste derrière l’Inde, la Chine. (Chiffres the Economist Fev 2012).

 

 

Seulement voilà, a cote de tout cela Facebook fait aussi du mal, beaucoup de mal et devient même dangereux, et très sérieusement. Le sujet devient tabou, certains osent en parler, mais on les coupe vite même si, encore une fois aux USA plusieurs demandes ont ete faites afin de réviser ces fameux critères de confidentialité auxquels personne ne comprend rien, même Zuckerberg piégé a maintes reprises par de petits malins sur des photos privées.

 

En effet, pour le naïf petit utilisateur lambda (50% des cas) qui ne sait pas se servir comme il faut de Facebook que l’on rend chaque jour de plus en plus complique sa petite vie s’étale ainsi  aux quatre coins du monde.

 

Son employeur découvre qu’il est en train de siroter un cocktail au soleil alors qu’il prétend être en arrêt maladie, ou bien qu’il dénoncé ses anciens employeurs alors qu’il recherche activement un nouvel emploi etc. Les licenciements s’envolent en France comme a l’étranger. Et ce n’est pas fini, Facebook devient l’un des premiers motifs de divorce entre couples derrière les SMS. On va s’arrêter la mais vous pensez bien que ce n’est pas tout, la liste est longue…

 

De mon coté beaucoup de jeunes que je côtoie à Londres ne sont pas ou plus sur Facebook. Les statistiques annoncent que de plus en plus de gens s’en lassent. Certes. Mais cela prendra du temps. Quant a moi, mon sevrage a bel et bien commencé depuis des mois, j’ai diminue mon nombre de contacts de 200 personnes ! Et je constate chaque jour que je n’ai plus besoin de le faire beaucoup partent spontanément ! Un signe !

 

Qu’est ce qui fait donc vivre Facebook ? Les applications voyons ! Pour parler brut, les jeux. A chaque fois que l’un de mes soit disant amis joue a un jeu idiot comme « Farmville » ou « Texas Holdem » il enrichit Facebook et tous ses partenaires que l’on ne citera pas.

 

Conclusion ? Mais comment est-ce possible ? Tout simplement car la drogue Facebook a envahit beaucoup de gens rapidement, ca c’est pour l’existant.

 

Quant au futur, la désintoxication, elle, est toujours plus longue et plus lente aussi alors le déclin de l’un des empires américains– à mon avis – est annoncé. J’ai essaye de chercher des chiffres pour illustrer mes propos mais tous sont contradictoires d’un cote les « pour » exagèrent et les « contre » aussi. A chacun de se faire son propre avis. Vous pourrez trouver une myriade d’infos sur Twitter en tapant le hashtag  « social media » ou bien sur Tech Crunch ou mieux encore si vous connaissez des journalistes High Tech, mais attention pas les partisans Facebook…

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire