LILIAN RABIN/MOVINGDESIGN – Opération séduction à Londres

par Donia Hachem

 

Movingdesign, studio spécialisé dans la création de contenus numériques et artistiques, part à la conquête de la capitale britannique. Créateur de poésies visuelles, il intervient dans plusieurs domaines: architecture, art, stratégies de marques…. Rencontre avec Lilian Rabin, son représentant dans la capitale cosmopolite.

 

L’émotion comme ligne de conduite

C’est une initiation à la poésie des temps modernes. Dans un monde où l’apparence et le visuel prennent de l’ampleur, movingdesign tire son épingle du jeu. Le studio d’art et de design parisien a été créé par Philippe Lepron (passif dans d’importantes agences de publicité parisiennes) et un artiste dont le nom reste confidentiel, communément appelé Valérie H, spécialisé dans l’art numérique. De cette association de talents naissent des signatures originales pour de grandes entreprises. Le concept : faire appel à l’émotion pour renforcer les liens avec les récepteurs. « L’objectif est de créer quelque chose au service de la marque, mais dans l’émotion que procure l’art et le design », explique Lilian Rabin. Résultat : ces films artistiques s’éloignent des schémas classiques de communication. Pas question de faire de la publicité. C’est une des prérogatives. « Les présentations « corporate» ou les publicités peuvent aujourd’hui être très intrusives. On tend à offrir une poésie visuelle, des gestes artistiques, une sorte d’œuvre d’art en mouvement », conclut-il..

 

L’art et le design au service de groupes prestigieux 

Le studio peut communiquer sur une marque, ses services ou encore ses engagements. movingdesign compte parmi ses clients des références dans plusieurs secteurs : Peugeot dans l’automobile, Air France dans l’aviation, HSBC et BNP dans le bancaire ou encore l’hôtel Mandarin Oriental pour lequel movingdesign a collaboré avec la célèbre architecte française, Sybille de Margerie. Au travers d’un système ingénieux de vidéos projecteurs, des fleurs papillons glissent dans l’espace et se confondent avec le design du lieu. Dans la distribution, Harrods à Londres s’est également laissé tenter. A l’occasion des 60 ans de règne de la reine Elizabeth II, le studio a créé le geste « Jubilee » pour la mise en mouvement des vitrines et l’habillage des écrans du fameux grand magasin sur Brompton Road.

 

Londres, porte d’entrée sur l’international

Connu et reconnu dans l’Hexagone, movingdesign a encore tout à construire de l’autre côté de la Manche. C’est la mission de Lilian Rabin, qui pour l’heure, se charge seul de développer le business à Londres depuis un an. Créer un réseau important est un travail de longue haleine. Pendant sa journée, Lilian a la lourde tâche d’établir le contact avec les directeurs de communication de grands groupes internationaux. Quand il y parvient, il leur présente l’entreprise et se renseigne sur les besoins existants. Mais il faut du temps pour se faire connaître « Aujourd’hui nous sommes encore en phase de prospection. L’objectif, à moyen terme, est d’être une agence reconnue et que les grands groupes nous contactent directement ». Partir à la conquête de Londres est un choix stratégique. En effet, la capitale est réputée comme la ville du design. Ainsi, le studio attise la curiosité des clients situés aux quatre coins de la planète, des Etats-Unis, au Qatar en passant par la Chine. Tous ces lieux où l’image a de plus en plus d’impact. Autre avantage : les clients peuvent être accueillis plus facilement lors d’un déplacement à Londres, destination phare dans le secteur.

 

Lire la suite du portrait sur Lepetitjournal

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire