Articles

Mailjet, envoi d’emails en masse sans prise de tête

Créée en août 2010 par Wilfried Durand et trois autres associés, Mailjet est une société Nantaise spécialisée dans l’envoi d‘emails transactionnels et de newsletters. Avec la filiale britannique basée à Newham, Wilfried souhaite faire de 2012 l’année de la croissance en Europe et continuer à améliorer les solutions proposées.

 

Originaire de Nantes, Wilfried Durand a un parcours essentiellement technique avec un DUT Services et réseaux de communication effectué à Laval ainsi qu’un Master en ingénierie des médias obtenu à l’université de Toulon. Après les études, il décide de rejoindre à plein temps l’équipe d’Emob, donnant suite à une collaboration qui a commencé lors de ses études. En tant que développeur et chef de projets, une mission lui donnera l’opportunité de participer à la création d’une première entreprise, Weecast, société de l’internet dans l’e-commerce. C’est en 2010 que l’idée de Mailjet lui vient avec 3 autres associés et prendra forme réellement début 2011 avec le début de la commercialisation.

 

 

 

Mailjet est une solution dans le ‘cloud’ qui permet à une entreprise d’envoyer ses emails promotionnels et transactionnels de manière très simple et en grande quantité, jusqu’à plusieurs millions par mois. Mailjet propose différents forfaits à prix concurrentiels et dégressifs selon le nombre d’emails envoyés par mois. Il existe aussi une offre gratuite pour les jeunes entreprises ou pour celles qui utilisent de manière modérée les emails. Mailjet a plusieurs atouts par rapport à ses compétiteurs. Déjà la société propose une solution de qualité qui n’a rien à envier aux entreprises du secteur, le support technique répond rapidement aux questions des utilisateurs et utilise leurs commentaires pour constamment améliorer les solutions. Autre avantage, la technologie est développée en interne ce qui leur permet d’améliorer leur compétitivité et le produit plus efficacement. Ces qualités ont permis d’attirer des entreprises de tailles importantes et la croissance est à l ‘appel.

Avec un siège social bientôt relocalisé à Paris, l’entreprise est en cours de développement en Espagne et Allemagne avant d’aller conquérir pourquoi par le marché outre Atlantique. 2012 sera aussi marquée par l’amélioration des solutions proposées et des procédés au sein de l’entreprise. Wilfried a donc du pain sur la planche mais l’avenir semble prometteur.

 

Twitter: @Mailjet

Page Facebook

Meet 3 French Entrepreneurs in London

In partnership with the French Club and the Entrepreneurship Club of the London Business School, Frog Valley is organising a panel discussion with three French entrepreneurs who will be sharing their experience of setting up a business in London.

The event is on the 24th of may from 7pm to 8pm, followed by a networking session, at this address:

London Business School, Regent’s Park, London, NW1 4SA – Room: LT2

If you want to register for the event, you can do it here:
https://clubs.london.edu/french/rsvp?club=french&id=15652

Bio of the three entrepreneurs:

Jeremy Melul (Jogabo.com): Jeremy is the product guy at Jogabo and he will not stop talking about the long term vision if you get him started. He loves to build stuff and get them just right through continuous improvements. He worked in innovation and technology consulting at Altran before realizing that life was too short for that and decided to join Grassroot Soccer, an NGO that uses the power of soccer in the fight against HIV/AIDS. Jeremy has been involved in soccer since he was 7 and has been organizing local pickups, managing school leagues and clubs in many different countries. He is also the founder of the European MBA tournament « The GreenLaces Cup ».

 

 

 

 

 

 

 

Grégory Vincent (Sponsume.com): Gregory Vincent is a pioneer of microfinance, having set up Europe’s first crowdfunding website (Sponsume.com). Launched in August 2010, Sponsume revolutionises the way film-makers and artists raise the funds they need to make their creative projects happen. Prior to launching Sponsume, Greg worked as an investment manager in London and as an assistant tutor at Oxford University.

 

 

 

 

 

 

 

Stéphanie Bouchet (RougeFrog.com): Stéphanie is a marketing connoisseur with 11 years of experience in world beating European start-ups, such as Skype as well as blue chip corporations, such as British Telecom and Warner Bros. Steph is also the founder of RougeFrog, a boutique marketing company designed to help start-ups and medium size businesses with their marketing and brand strategy and implementation, at international level.
She’s an active member of the European entrepreneurship scene, avid photographer, extreme rally, raid and traveler and marathon runner.

Stéphanie de RougeFrog, conseils avertis d’une reine du marketing (2ème partie)

Pourquoi avoir lancé RougeFrog, conseils en marketing destiné exclusivement aux startups?

Mon réseau s’épanouissait, mes expériences étant appréciées, j’ai perçue une forte demande de la part des entrepreneurs. Je devais alors sauter le pas et la fierté de créer sa propre société a conforté ma décision. Autre avantage, je dispose d’une grande flexibilité dans mon rythme de travail et le choix de mes clients, qu’ils soient à Londres, Stockholm, Paris ou Genève. De plus, les entreprises que je conseille et ai conseillées préalablement évoluent dans des secteurs très différents, tels que le web-design (BaseKit), le sport (Football Superstars) ou aussi bien la radio (Goom Radio), mais je reste ciblée start-up.

Occasionnellement, je participe à l’organisation d’événements comme je l’ai fait en début d’année avec Innovate100 ou en l’espace de 2 mois, il a fallu monter et manager une série de 15 événements à travers l’Europe, y compris à Tel Aviv.

Quand es-ce que ton travail commence? A quel stade de développement de l’entreprise?

Il n’y a pas réellement de règle. Je peux rejoindre une équipe en début de projet, de levée de fond, ou après 2-3 ans d’existence. Les besoins sont très variés et mon service à la carte semble s’adapter adéquatement. Parmi eux, BaseKit et PatientsKnowBest, deux anciens vainqueurs de la compétition startups Seedcamp dont je suis mentor depuis leur création, en 2007. BaseKit est un éditeur en ligne qui rend la création de sites web accessible à tous, sans avoir besoin de connaissances techniques ou de coding. Un outil idéal pour faire gagner du temps aux web-designers et qui permet également aux petites entreprises, étudiants ou passionnés de créer un site web en quelques clics et à moindre coût. Quant a PatientKnowBest, ce dernier a pour ambition d’améliorer les rapports médecins et patients, en leur facilitant l’accès à leurs dossiers médicaux via internet et leur permettant de communiquer librement en ligne. Ce service novateur très attendu par les malades et le corps médical permettra notamment un gain de temps et une diminution des erreurs de diagnostics en donnant d’avantage de visibilité et contrôle aux patients.
Lire la suite

Stéphanie, de Rougefrog: Conseils avertis d’une reine du marketing. 1ère partie

Frog Valley a récemment rencontré Stéphanie de RougeFrog afin de nous dévoiler son parcours et partager avec les lecteurs ses conseils éclairés.

Peux-tu nous décrire ton parcours scolaire, professionnel et ce qui t’a amené à Londres

Après une enfance en Haute-Savoie, je me suis orientée sur un parcours international : deux années d’études en France, puis direction l’Ecosse, pour une licence en marketing mention administration des entreprises, complétée d’un retour en France pour un Master en marketing, suivi d’un stage en Australie au sein de la division vidéo de Warner Bros en 1999. Cette première expérience terrain a été très enrichissante. Elle m’a permis de participer au lancement du DVD sur le marché océanique, mais s’est surtout avérée être un véritable catalyseur pour ma carrière au sein des nouvelles technologies.

Première expérience en Angleterre chez BT

Après mon retour en France, l’esprit d’entreprendre et l’international me manquent et lors d’un forum européen je suis recrutée par BT pour rejoindre la division Nouvelles Technologies, à Londres. Londres s’avère un melting-pot européen de la dynamique d’entreprise où l’on ressent le monde en marche pour ma génération. Chez BT, de 2000 à 2004, je travaille sur des produits tels que le visiophone et la voix sur IP, qui s’inscrira dans un contexte de partenariat avec Yahoo ! Messenger, gravitant entre Londres et la Silicon Valley.

Ces années d’apprentissage au sein de grands groupes, tels que BT ou Warner m’ont permis d’acquérir une certaine discipline de travail. Néanmoins, après ces 4 années, je crains de ne voir mon goût pour la création et l’émanation se rigidifier sur les rails de l’administration globalisée. Devant ce trop peu de flexibilité, je quitte BT pour me tourner vers un tout autre challenge.

Skype, raconte-nous un peu ton expérience dans ce qui étais à l’époque une toute nouvelle start-up.

Apres BT, je cible les entreprises dynamiques de petites tailles, les start-ups. En Mai 2004, après plusieurs entretiens, je rejoins Skype. Le challenge s’annonce de taille. Une petite équipe de passionnés, pleine de talents, mais beaucoup de choses à créer en terme de marketing. La mise en place du plan et des outils marketing, l’incitation à télécharger le logiciel, crédibiliser le produit sur le net à une échelle planétaire, créer une expérience excitante et passionnante. Au sein du marketing, nous passons de 2 à 17 personnes en l’espace de 12 mois, avec un marketing accéléré afin de supporter une croissance hors du commun, avec le succès que l’on connait.

Ce que je retiens de cette fabuleuse expérience Skype, c’est le formidable esprit d’équipe et d’entreprendre qui régnait au sein de la société. Un projet, une aventure humaine, hors du commun. Nous étions tous avec passion au service du succès de cette startup. La réussite est rarement le fruit du hasard et l’engagement de chaque membres de Skype, des fondateurs aux collaborateurs, pourrait rentrer dans la légende des startups.

Après trois années fantastiques mais épuisantes, et la petite startup devenant un géant du net, je me devais de trouver de nouvelles motivations. Non sans regret, je quitte Skype pour faire un tour du monde en 5 mois et découvrir d’autres facettes du nouveau monde de l’entreprenariat, comme la Chine, l’Inde, le Japon. Durant ce périple, j’ai découvert qu’il existe un nombre croissant d’idées, de projets et de startups qui naissent sur des concepts novateurs différents de ceux connus aux US ou en Europe. Un monde où l’esprit d’entreprendre bouge encore plus vite qu’on pourrait le penser dans nos pays dits développés.

A mon retour, je repose mes bagages à Londres pour me lancer dans une tout autre aventure avec Joost, la plateforme Vidéo. Un produit et un challenge différents mais tout aussi formateurs, qui m’ont permis d’appréhender l’expérience « startup » sous d’autres angles. D’un demi-succès, j’en ai retiré le meilleur pour mieux rebondir.

Et pourquoi avoir choisi de poser tes valises dans cette ville?

Cette ville est comme un aimant. On a l’impression d’y passer brièvement, sans vraiment pouvoir en repartir. J’y ai posé mes valises le 1er Avril 2000 et dix ans, après, Londres a toujours autant à offrir. Elle attire par son dynamisme, son multiculturalisme où la notion d’entreprendre a une vraie signification. Tout comme les Etats-Unis, Londres laisse le droit tant à l’audace qu’à l’échec, une notion revisitée en France. Ici, la réussite est perçue positivement, contrairement à la France ou elle est parfois suspectée et pénalisée. On retrouve en fin de compte à Londres beaucoup de Français qui sont venus chercher cet état d’esprit.

La suite au prochaine épisode….

Update: Vous pouvez consulter un extrait de l’article sur le site d’Ici-Londres ou dans les nombreux points de distribution un peu partout dans Londres.