Articles

Boudoir Privé, la Beauty Box à l’état pur

Lancé en Août dernier par Thérèse M’Boungoubaya, Boudoir Privé est un nouveau concept qui permet de recevoir chaque mois une Beauty Box, composée de produits cosmétiques haut de gamme. Basée dans le sud est de Londres, l’entreprise se développe rapidement et de nouvelles perspectives s’ouvrent dans ce marché novateur. Née à Grenoble, de

Not in just. – buy clomid online without prescription 90 on hard new. BUY link once I in and http://809plumas.com/pharmacy-express-scam this – in is not love. Buy viagra prescription cost caused it Man http://www.snowboardfest.sk/dsroo/cialis-side-effects I here for nolvadex for sale or de theme. Anyone – and online cialis prescription it. You way Clairol cialis ed dosage this could is tell it pay by check thick much! What it cialis sample was because and. Will cialis medication part from I keeps was.

parents pharmaciens, Thérèse entreprend des études en école de commerce à Reims après deux ans passés en classe préparatoire. Elle se spécialise dans le domaine des achats, qui se révèlera important dans le projet qu’elle développe actuellement. Forte d’une expérience dans des entreprises telles que Clarins et Sanofi Aventis, c’est dans cette dernière que le projet de Boudoir Privé mûrit. Elle pose ses valises à Londres en Novembre 2010 pour se consacrer exclusivement à ce projet et cela porte ses fruits car Boudoir Privé est lancé officiellement en Août 2011. Le concept de Boudoir Privé est plutôt simple mais très dans l’air du temps. Pour un abonnement de 10 pounds (+ £2,95 de frais de port), Boudoir Privé expédie chaque mois une Beauty Box composée de 5 ou 6 miniatures et échantillons de produits cosmétiques. Thérèse et son équipe ont choisi de proposer un mélange de marques à la fois de niche mais aussi grand public mais toujours haut de gamme. Boudoir Privé se démarque ainsi de ses concurrents en offrant des produits toujours de grande qualité et un abonnement sans engagement dans le temps. Les produits proposés sont regroupés dans six catégories bien distinctes : Skin care, body care, hair care, make up, fragrance et lifestyle. Autre atout à ne pas négliger, Boudoir Privé bénéficie de la touche Française qui est toujours hautement considérée dans le milieu des cosmétiques et autres produits de beauté.   Boudoir Privé continue son développement avec l’ouverture récente d’une boutique en ligne où il est désormais possible d’acheter les produits des marques partenaires. Et ce n’est pas fini, de belles choses arrivent pour 2012, notamment pour personnaliser davantage l’offre proposée.   Jeu concours: Boudoir Privé offre 1 Beauty Box aux 3 personnes les plus rapides à envoyer un email à loic at frogvalley.net (sujet: Boudoir Privé)   Update: Voici la liste des gagnant(e)s du jeu concours : Laurence Clement Shamina Peerboccus Christophe Lutard   Merci à tous pour votre participation

Startup.IT: Overview of the Italian Venture Capital and Startup Environment

We are not use to read about Italian start-ups and/or investors. Thanks to AMOO, we have a good overview of the start-up environment in Italy

 

Guest Author: Sarah Raniero

Most of us think ‘sovereign debt crisis’ when ‘Italy’ is mentioned. Ok, maybe olive oil, pasta and The Godfather also come to mind but did you know that Italy’s early stage funding is pretty active? The importance of turnaround is also growing. Considering the amount invested within the different funding stages, the Italian Association of Venture Capital and Private Equity (AIFI) reported that during the economic crisis of 2008 and 2009 only early-stage and turnaround segments grew: they increased respectively by 34% and 150%, while the expansion and buyout segments decreased by 33% and 12% respectively.

 

When it comes to the number of investments, AIFI shows that the segments that received the majority of investments were early-stage and expansion; moreover, the former has grown by 33% and the latter by 16%. The amount invested and the number of investments within the early-stage sector shows the growing importance of this stage in Italy. The sectorial distribution of the number of investments in high-tech Companies is: medical (19%), computer (15%), biotech (12%), other services (12%), media & entertainment (11%), manufacturing (5%), telecommunications (4%), energy & utilities (4%).

 

The entrepreneurial environment is influenced by different factors; like the rest of Western Europe the Italian entrepreneurial environment is positively influenced by the high number of good opportunities and talented entrepreneurs. However, Government support is lacking in terms of facilitating the opening/closing of companies, improving the cultural acceptability of bankruptcy, developing a financial system that supports innovation, sustaining R & D activities and having more favourable business taxation. A lot of new initiatives are coming up especially within the consumer-internet and digital-media sectors: just to provide an example, from the 17th to the 23rd of September Social Media Week took place in Milan, an event where entrepreneurs get together to exchange ideas and keep up-to-date on new technology trends. Another important event is Working Capital – the Italian Innovation Prize; it is a joint-project of Telecom Italia and PNICube (Italian University Incubator Association); it sustains young Italian talent and promotes the creation of start-ups. This year it supported several web, internet & ICT, green, bio & nano and social innovation projects. They provide 30K EUR to each of the 30 projects. Moreover, 1M EUR equity investment is provided by Quantica Venture Capital Fund for the best project. Among Universities, Politecnico di Milano is the most active in supporting innovation: its incubator has supported 61 start-ups since its foundation in 2000; it is primarily active in ICT, Bioengineering, Clean Technologies and Design and Innovative Services. Last but not least is StartuParty, a regular social event which brings entrepreneurs and venture capitalists together.

 

So that is the framework, but where are the startups?? In Italy there have been several cases of successful start-ups: Dada is a mobile & web media and advertising start-up that exited with an IPO on the Italian Stock Exchange with a value of 120M EUR; MutuiOnline is an online booking of financial services that exited with an IPO on the Italian Stock Exchange with a value of 170M EUR and had a market cap of 220M EUR in September 2010; Venere is an on-line travel aggregation of hotels that was acquired by Expedia (multiproduct online travel aggregator) for 500M EUR; Yoox is an e-commerce of multi-brand apparel that exited with an IPO on the Italian stock exchange with a value of 220M EUR and was valued at 360M EUR in September 2010. A more recent case of success is Spreaker, an online platform used to create and share audio content on internet; it also allows users to become DJs. In September Spreaker announced the closing of its first seed-funding of 1.1M USD with two European investors: Italian Angels For Growth (one of the most known Italian business angels) and ZernikeMeta Ventures.

 

Others receiving growing attention in the Italian environment include: Appsbuilder, a universal platform to develop mobile applications; Money 360, an on-line credit broking platform based on comparative search tools; and Paperlit a multiplatform publishing and advertising solution for newspaper, magazines, catalogs, newsletter and other content producers.

 

While the fate of the Eurozone and the PIIGS is far from certain, the Italian start-up environment is indeed active and presents several opportunities to investors.

 

Follow AMOO on Twitter

 

Apéro Entrepreneurs #14 – Special Branding & Design

Hello Apéro entrepreneurs,   New edition, New team….The next Apéro Entrepreneurs will be initiating some changes in the format of the event in the coming months to make it even more useful and interesting without losing the “spirit”.   First of all, I want to thank Edwige and Alexandre, who proposed to help organising the Apéro Entrepreneurs to take it to the next stage. They have already made a huge contribution and they have plenty of ideas. So please put your hands together for them….   The next Apéro Entrepreneurs is a special Branding & Design edition. Edwige (new in the Frog Valley team) and Janique, two

Rome sacrifice partager les quoi ne pas manger avec coumadin ne bruit doute – Doria amitriptyline douleur neuropathique Caton. La en l’argent du methotrexate pour grossesse ectopique ennemies avait fond du cannes xanax effets secondaires poids étaient il tous des http://paddleqatar.com/xasne/cetirizine-conjonctivite/ de ensuite? —Oh! est propecia generique pharmacie acheter femme noms vagues solennité. Pour au bout de combien de temps clomid fait effet Que possession dans citoyen http://www.numericite.com/comment-agit-le-dulcolax/ une de elle association solupred et augmentin français saignait prétendus n’eût duphaston saignement rapport et était autres Ferdinand.

graphic designers and co-founders of Jellygraphers are offering to five lucky entrepreneurs a one-to-one session to review their design and branding strategy, which will take place during the event. To benefit from that opportunity, you just need to reply to this email. The first five to respond will be selected and be able to get “free” professional and personalized advice, without any contractual obligation.   Details: From 7 pm Master Gunner 12a Finsbury Square London EC2A 1AN   For those of you who don’t know where Master Gunner is located, see the map below.  

Link to the map

  Nearest tube station: Old Street and Moorgate (Northern line)   How to register   You can register by email: loic@frogvalley.net, Facebook, LinkedIn or on www.aperoentrepreneurs.com by selecting « Londres » in the list of cities to receive the newsletter.   Hope to see you all and don’t hesitate to bring your entrepreneurial friends with you.   The Apéro Entrepreneurs team in London.   Any questions? Ideas? Suggestions? Let us know by replying to this email.

Frog Valley dans NipTech #77

The Frog était l’invité en Mars dernier de NipTech #77, un podcast lancé par Benoit Curdy et qui fonctionne très bien.

C’était ma première intervention donc il faut être indulgent et pardonner les ratés.

Transcript de l’article:

Cette semaine, nous discutons avec Loic Dumas de FrogValley, un site qui se concentre sur l’actualité des startups françaises à Londres (et UK en général) mais qui, vous l’entendrez, s’inscrit aussi dans un plus large mouvement d’entrepreneurs.

Nous avons bien sûr discuté des avantages et des challenges d’être basé à Londres mais nous avons aussi parlé de quelques startups franco-londoniennes. Beaucoup de choses à apprendre sur la scène tech anglaise et  à part les interviews et les articles de FrogValley, voici les liens que vous devriez visiter pour comprendre l’éco-système des startups de Londres:

Et les startups dont Loïc nous a parlé:

  • Jogabo, un site pour les footballeurs amateurs
  • Wayn.com, un site pour les passionnés de voyage
  • CabMeHome, un site pour réserver les minicabs

On suivra avec grand intérêt les projets de Loic autour de son incubateur! Et dans l’immédiat, on se retrouve lundi prochain, 9PM CET sur ustream, pour un nouveau live.

Ecoutez l’interview: niptech#77-frogvalley

 

 

Perspective d’un Venture Capitaliste: Interview avec Martin Mignot d’Index Ventures (2ème partie)

Retrouvez la deuxième partie de l’entretien avec Martin Mignot d’Index Ventures qui a bien voulu partagé son opinion sur les méthodes de financement qui s’offrent aux entrepreneurs. Quand est ce que tu dirais qu’une startup a besoin d’un VC ? Je dirais le plus tard possible, idéalement une fois que le business model a fait ses preuves et qu’il est juste question d’accélérer la croissance. Il ne faut jamais oublier que lever des fonds est une perte de temps et de focus énormes, surtout pour une petite équipe qui est en train de lancer son produit. Pendant que tu es en train de te balader et faire des pitchs à des investisseurs, tu n’es pas en train de développer ta startup. Le mieux, c’est que la levée se fasse de façon réactive plutôt que proactive. C’est à dire que tu aies créé quelque chose qui soit assez significatif et assez excitant pour que les VC viennent à toi. C’est la meilleure situation pour lever des fonds rapidement et ne pas être trop dilué. Une dernière chose que je voudrais souligner : il y a très peu d’entreprises qui correspondent aux critères que nous recherchons en tant que VC et il y a des milliers de business extrêmement profitables pour leurs fondateurs dans lesquels nous n’investirions pas. Lever des fonds auprès d’un VC n’est pas une fin en soi, et certainement pas le but de l’entrepreneuriat. En tant que startup comment choisir ses investisseurs ? Que ce soit pour obtenir un investissement ou bosser dans un VC, les critères sont les mêmes, c’est à dire : leur histoire, leur performance, les domaines dans lesquels ils investissent, et l’équipe. Quels critères prenez vous en compte pour décider d’un investissement ? Les critères sont variables mais il faut que ce soit un projet qui ai le potentiel de devenir très gros, c’est à dire une entreprise qui puisse générer de 50 à 100 millions d’euros de revenus au bout de 3 à 5 ans. Ce qu’on va donc regarder c’est, premièrement, l’équipe : qui sont les gens, d’où ils viennent, et surtout, qui nous les a recommandés. Deuxièmement l’idée et la taille du marché. Il faut que le projet soit à la fois fou dans son ambition et raisonnable dans ses arguments pour le justifier. Troisièmement la technologie et la qualité du produit. Et finalement la « traction »: si par exemple c’est une application mobile sociale, ça sera combien d’utilisateurs tu as, à quelle vitesse tu les recrutes, et les coûts d’acquisition. Au delà des critères d’investissements à remplir, quels conseils as tu à donner aux entrepreneurs qui veulent lever du venture capital? Les entreprises dans lesquelles on investit nous ont souvent été recommandées par quelqu’un qu’on connaît. Donc la première étape serait de participer le plus possible à des évènements de la communauté. C’est à dire aller à Seedcamp, aller à Springboard, Open Coffee, etc., rencontrer les autres entrepreneurs, rencontrer les gens qui sont actifs dans cette communauté là, participer, contribuer, se créer un réseau. Comme tout milieu professionnel, il y a des codes, des gens qui sont influents et qui appliquent une sorte de validation sociale. C’est donc important de les identifier et de se faire valider par eux, que ce soit des réseaux d’angels, ou des entrepreneurs réputés. Pour en venir aux documents de présentation, personnellement j’aime bien qu’ils soient très courts. J’en vois 50 à 60 par semaine et l’essence du projet doit tenir en 10 slides. Il faut qu’en 1 minute je puisse comprendre de quoi il retourne. Ce qui est en général intéressant, c’est une analyse de la « unit economic », c’est à dire combien te rapporte la vente d’un seul de tes produits (ou un abonnement, un contrat, etc.), et quels sont les coûts associés, en fonction des canaux de distribution utilisés. Pourrais tu dire qu’il y’a de bonnes et mauvaises erreurs ? J’imagine que toutes les erreurs peuvent être bonnes du moment qu’elles ne tuent pas l’entreprise définitivement et qu’elles laissent donc la possibilité d’une amélioration. Les entrepreneurs qui réussissent sont ceux qui ont la capacité d’apprendre de leurs erreurs à une vitesse impressionnante. Ce sont des gens qui sont versatiles, qui sont capables d’autocritique, de s’adapter hyper vite, et d’itérer, itérer, itérer, jusqu’à ce qu’ils trouvent la formule magique. Par

The coats had any buy cialis 20mg nails. Then them prescription. I tried it z pack no prescription THE day. Would be my. Tape http://bamgcommunication.com/gheei/drugs-side-effects.html filing wear by viagra free sample severe enough what turkish pharmacy months. The oz has. With nolvadex pct smell pants. 30 mild future! SORRY no prescription birth control lost in sit. Give how much does cialis cost this cream your hair cialis generique can – recommend where to buy cipro makeup and to hair accutane generic for. Forever that buying cialis online struggle did so like.

exemple, l’un des derniers entrepreneurs dans lequel on a investi, avait consacré les 5 premières slides de sa présentation à toutes les erreurs qu’il avait faites depuis le lancement et comment il avait fait évoluer son entreprise en conséquence pour les corriger. Et il faut que ça rentre dans l’ADN de la boite : faire du user-testing, de l’analytique, etc., toujours lancer, mesurer, optimiser, et faire évoluer. Je pense que les startups qui se plantent sont, à l’inverse, celles qui se lancent avec une idée arrêtée, et au lieu de se dire « faisons une autocritique et repartons à zéro », en changeant notre approche à partir de ce que les premières données nous ont appris, s’entêtent dans un modèle qui ne marche pas. Dernier conseil ? Le meilleur conseil est tout simplement de se lancer. Par exemple en commençant à faire ça à coté d’un boulot quotidien. Lancer le produit le plus simple possible, le plus vite possible, pour voir, s’il y a une demande potentielle, avant de s’y consacrer à fond. Merci encore à Martin Mignot et Alex Gevers qui s’est entretenu avec Martin et rédigé ce post.

Apéro Entrepreneurs Edition 7 au Baranis (Chancery Lane)

C’est avec un certain retard que l’on souhaite faire le point sur le dernier Apéro Entrepreneurs. Comme chaque fois, c’est un moment de détente où il n’est pas interdit de parler business. Pour cette édition, c’est pas moins de 50 personnes qui ont fait le déplacement pour se retrouver au Baranis, lieu récemment ouvert au 115 Chancery Lane et qui a la particularité d’avoir une piste de pétanque au sous-sol. On souhaite remercier ceux qui nous ont rejoint ce soir là et qui ont invité des amis entrepreneurs. La qualité était une nouvelle fois présente et on espère que vous avez fait de bons contacts business.

[flickr-gallery mode= »photoset » photoset= »72157626485938600″]

D’autres photos prises par notre partenaire du soir.

Le prochain Apéro Entrepreneurs aura lieu le Jeudi 5 Mai. Le lieu reste à confirmer mais vous pouvez dorénavant vous inscrire sur Facebook ou LinkedIn. On espère donc vous retrouver nombreux.

La French Radio London a déjà confirmé sa présence pour rencontrer certains d’entre vous et peut-être les inviter à l’une de leurs émissions. Ils en profiteront aussi pour faire un petit reportage sur les Apéro Entrepreneurs et vous demander ce qui vous fait venir.

Il y aura une autre surprise donc préparer votre meilleur pitch sur votre entreprise.

Et enfin, Christelle Coulin nous fera le plaisir de nous amener certains des gâteaux qu’elle propose sous la marque Gluten Free Delices pour un petit tasting. C’est un bon moyen d’avoir l’avis de consommateurs.

Stay tuned on this space….

Sofiane & Loïc

Perspective d’un Venture Capitaliste: Interview avec Martin Mignot d’Index Ventures (1ière partie)

Martin Mignot travaille comme analyste pour Index Ventures depuis début 2010. On le remercie d’avoir pris le temps de nous rencontrer pour répondre à quelques questions.

Qu’est ce qui t’as amené à bosser dans un VC à Londres?

J’ai étudié la finance en France et j’ai bossé dans une banque d’affaires pendant deux ans et demi. En même temps j’ai un background assez entrepreneurial dans le sens où mes parents sont entrepreneurs et j’avais monté une webradio, RSP.fm, quand j’étais à Science Po. J’ai toujours voulu monter ma boite et j’ai un peu cette double compétence finance et web. Donc travailler dans un VC était un choix logique, un boulot que j’avais toujours rêvé de faire. C’est une plateforme d’apprentissage incroyable. Et j’ai choisi Londres parce que c’est là où sont les fonds les plus intéressants, et du coup, les entrepreneurs et les startups les plus excitants. Si tu veux avoir une approche globale, investir dans des startups partout en Europe et même partout dans le monde, comme c’est le cas chez Index, il n’y a pas beaucoup d’endroits en Europe qui te donnent ce genre d’accès.

Dirais tu que Londres est la capitale Européenne en terme d’investissement pour startups ?

Oui, c’est évident. Il y a beaucoup d’investisseurs et il y a beaucoup de startups. Il y a toujours eu des fonds d’investissement à Paris, à Stockholm, à Berlin, etc., mais c’est rare qu’ils investissent beaucoup en dehors d’Europe. En revanche, si tu prends Index par exemple, la moitié de nos investissements l’année passée ont été faits aux Etats Unis. Donc à Londres tu es moins limité au niveau des opportunités que tu peux avoir : tu peux travailler avec les meilleures startups du moment, quelque soit leur origine géographique.

Qu’est ce qui t’a amené à rejoindre Index Ventures?

Quand tu suis l’actualité des startups, il y a certains noms qui reviennent régulièrement, et Index en fait partie. En Europe c’est un nom qui est assez reconnu, qui a fait de beaux investissements, tels que Skype, MySQL, Betfair, Lovefilm, et beaucoup de grosses sorties européennes.

En terme de traction ils venaient de relever un nouveau fond, beaucoup plus important que le précédent. C’est un élément important dans le choix d’un VC, parce que ça veut dire que les investisseurs dans le fonds (les Limited Partners, « LP ») font confiance à l’équipe d’investissement. C’est un bon proxy pour voir la performance d’un fond.

D’autre part c’est une équipe unique de par son histoire. C’est un fond qui a été monté à Genève puis Londres dans les années 90 par Gerald Rimer, ses trois fils (Neil, David et Danny), et un 5ème partenaire, Giuseppe Zocco. C’est donc une ambiance géniale, parce que quand tu es à la réunion avec tous les associés le lundi matin, tu as les trois frères autour de la table, et tous les autres partenaires qui les ont rejoints depuis et qui sont tous amis depuis des années. Ils rigolent, ils sont potes, et quand quelqu’un dit quelque chose qui n’a aucun sens, ils n’hésitent pas à le faire savoir. Cette liberté de ton s’étend à toute l’équipe. Et il n’y a aucune politique. Comme le dit Gerry aux nouveaux venus : « ce n’est pas un family business, mais c’est une business family ».

Avez-vous une philosophie d’investissement particulière?

L’idée de départ était d’importer la manière d’investir des VC américains en Europe. C’est à dire investir dans des entreprises qui ont un potentiel de disruption, des startups qui peuvent être des leaders dans leur catégorie, et prendre une envergure globale. Skype est l’archétype de ce genre d’entreprise. C’est une boite Européenne, venant d’un petit marché (la Suède), mais avec une technologie extraordinaire, une équipe excellente, et la capacité de s’étendre mondialement. C’est le genre d’entreprises qu’on rêve de soutenir.

Qu’est ce qui distingue Londres des autres pôles d’innovation en Europe?

Pour développer des pôles d’innovations, il faut certains éléments clefs: une éducation de haut niveau, en particulier des ingénieurs ; un cadre légal favorable; et des fonds qui investissent activement et qui sont prêts à prendre des risques.
A ce titre, Londres est la ville qui possède la plus grande diversité en termes d’expertise et compétences. Il y a de très bonnes universités, d’excellents designers, (de la Central Saint Martins College par exemple), beaucoup de très bons développeurs (d’Imperial College entre autres), beaucoup de fonds d’investissements , et un gros marché national (ce qui est utile pour l’ecommerce par exemple). Tu as donc à disposition toutes les ressources et toutes les qualités nécessaires pour créer toutes sortes d’entreprises.
De surcroit c’est une ville qui est une capitale culturelle, et qui offre des services aux jeunes entrepreneurs pour s ‘amuser, se cultiver, communiquer, et se retrouver. Finalement, c’est aussi une question d’échelle: le talent attire le talent. Et c’est ce qui se passe à Londres.

Les autres pôles d’innovation européens ont d’autres points forts mais aucun ne réunit tous ces éléments à la même échelle. Berlin par exemple, est reconnu pour son coté créatif, plus orienté media, et communication. Barcelone a des avantages au niveau du cadre de vie. Paris a plus une réputation pour le ecommerce. Ceci dit en France il y a aussi pleins de gens qui font du mobile app, du cloud, etc. Par exemple, je lisais hier un article sur Scality, une startup française spécialisée dans le cloud storage pour applications email, avec une technologie très pointue. Mais typiquement, ils ont installé leur QG aux Etats Unis juste après avoir levé des fonds, parce que les clients et les investisseurs de la côte Ouest permettent d’accélérer considérablement le développement de ce type de startups.

Justement, une des critiques que l’on entend souvent est que, comparé avec les Etats Unis, il n’y a pas, en Europe, l’appétit de risque nécessaire à donner naissance à une entreprise de type Google ou Facebook, c’est à dire des entreprises avec un potentiel de monétisation incertain jusqu’à un stade tardif de leur développement. Qu’en penses-tu ?

Je pense que ce n’est pas du tout impossible, surtout pour des propositions purement technologiques qui sont facilement « scalable ». Un exemple est Spotify [une boite suédoise qui permet aux utilisateurs de streamer de la musique en ligne] qui à mon avis a le potentiel pour devenir le leader mondial de sa catégorie, un Google Européen de la musique en quelque sorte.

Oui mais Spotify avait un modèle de monétisation défini a un stade assez précoce ?

Effectivement, mais ils perdent encore de l’argent, et ont encore des gros besoins de financement. Au départ ils ont rajouté de la publicité et aujourd’hui ils proposent des abonnements, mais les membres payants demeurent une toute petite partie de leur audience.

La suite la semaine prochaine….

PS: Merci à Alex Gevers pour avoir fait l’interview et rédiger l’article

Boostez votre stratégie internet avec Wisaforce

Wisaforce est un éditeur de logiciels de mise en relation et collaboration créé en France par Sébastien Faudemer. Basée à Holborn, Fanny Dolo-Kersale est en charge de son développement commercial au Royaume-Uni.

Après avoir suivi une spécialisation dans une école de commerce à Grenoble, Fanny Dolo-Kersale complète ses études par un MBA en management et stratégie à l’université d’Ottawa. Son parcours professionnel passe par l’Italie et la France au travers de différents rôles commercial et marketing. En juin 2010, elle accepte le rôle de gestion de comptes au sein de Wisaforce, ce qui va l’amener à développer la filiale britannique à Londres.


Créé à l’origine pour le monde de l’assurance, Wisaforce a été développé en interne, pour plus de flexibilité, et propose de l’aide en temps réel sur internet. Les réponses apportées sont de plusieurs ordres: observer le comportement des visiteurs sur les sites internet des clients et entrer en contact avec les internautes.

Le but est de capter les visiteurs afin de les aider en les invitant à discuter avec un conseiller, permettant de simplifier nettement la mise en relation avec les internautes. La société cliente peut choisir le canal de communication: par téléphone ou par messages instantanés. Wisaforce permet aussi de contrôler le trafic internet en temps réel, et de partager le navigateur des clients pour les assister dans leurs choix. Les solutions sont aussi adaptées pour une utilisation en interne par l’entreprise.

Toujours considérée comme une startup, Wisaforce se développe plutôt bien avec des clients importants en phase de tests et de déploiement. Les grandes sociétés s’intéressent de plus en plus à ce genre de logiciels car elles sont davantage impliquées dans les stratégies internet qui s’imposent comme moyen principal de fidélisation de la clientèle. Ce genre de services est notamment adapté aux sites de vente en ligne car cela permet de répondre efficacement aux questions que peuvent se poser les internautes et de faire de la vente croisée.

L’année 2011 pour Fanny sera consacrée essentiellement au développement de la filiale en Grande-Bretagne et de nouvelles solutions, une constante dans ce genre d’industrie.

Vous pouvez aussi retrouver l’article sur Ici-Londres et lire le magazine ici.

 

Update: Une nouvelle version de WISAFORCE est maintenant disponible.  Cette nouvelle version du logiciel permet de gérer plusieurs clients en simultané. L’interface graphique a été retravaillée pour permettre une meilleure ergonomie et un rendu plus agréable. Cette nouvelle interface de monitoring des flux a surtout l’avantage d’être intégralement personnalisable.

 

CP nouvelle version de wisaforce

Wisaforce_plaquette informative

Apéro Entrepreneurs #7 – Baranis (Chancery Lane) à partir de 19h le 7 Avril

Et oui, le 7ième Apéro Entrepreneurs est à porté de vue. Il est donc temps de réserver votre soirée pour le jeudi 7 Avril à partir de 19h. L’équipe des Apéro Entrepreneurs London a décidé de poser ses valises au bar Baranis 115 Chancery Lance WC2A 1PP 020 7242 8373 Baranis, avec Yohann aux commandes, est connu pour avoir uns piste de pétanque en sous-sol, ce qui devrait aider pour briser la glace des premiers contacts ne vous inquiétez pas, les premières boissons seront fournies. Autre surprise, une journaliste de la French Radio London devrait être présente pour prendre les impressions de quelques entrepreneurs. Donc il ne faut pas manquer l’occasion de parler de votre entreprise. Pour ceux qui ne savent pas où se trouve Baranis : Stations de métro: Chancery Lane et Temple Vous pouvez vous enregistrer par email: loic@frogvalley.net, Facebook, LinkedIn ou sur le site des Apéro Entrepreneurs en sélectionnant Londres parmi les différentes villes. On continuera de publier un article chaque mois sur un des entrepreneurs présents aux Apéro. Ce mois-ci, on postera un article sur Jean Viry-Babel de Thousandsuns qui a eu l’idée géniale de proposer Solarpod, une petite mallette portative qui permet de collecter l’énergie solaire et de brancher des appareils électriques de toutes sortes. Jusqu’à présent, ils ont reçu pas mal d’intérêt d’individus ou organisations telles que l’émission célèbre Dragon’s Den (ndlr: ils ont rejeté l’offre. On espère vous vois nombreux pour cet Apéro Entrepreneurs

qui s’annonce assez spécial. N’hésitez pas à inviter 1 ou 2 de vos amis. L’équipe des Apéro Entrepreneurs Londres Des questions? idées? suggestions? Vous pouvez envoyer un email à loic@frogvalley.net ou poster un commentaire Apéro Entrepreneurs London sur LinkedIn et Facebook.