TASKHUB – Créer des jobs pour souder la communauté

par Donia Hachem

 

On ne le répètera jamais assez, vos compétences peuvent être utiles à des personnes proches de vous. Et c’est peut-être parmi ces dernières, que vous trouverez celles qui vous manquent. C’est de ce constat qu’est née Taskhub, une plateforme cofondée par Aurore Hochard où les voisins s’échangent des jobs entre eux. Pensez Taskhub, c’est penser communauté


 
Les débuts d’une nouvelle aventure

Taskhub est né de la volonté d’Aurore Hochard et de Rahul Ahuja, partenaires dans la vie comme dans l’entreprise, d’offrir aux Londoniens un espace d’échanges de services, simple d’utilisation, local et sécurisé. L’idée est venue après qu’une amie de la co-fondatrice ait eu un enfant. Seule, sans proche pour l’aider dans des tâches quotidiennes, elle était débordée. « J’ai pensé : « nous sommes à Londres, je suis sûre qu’un tas de gens sont prêts à proposer une aide, prêts à arrondir leurs fins de mois ». Nous avons cherché. Mais rien. Enfin pas grand chose. Ce qui existait n’était ni personnel, ni sécurisant », se souvient la co-fondatrice. Le développement du site a débuté en janvier dernier. Après un parcours semé d’embûches, le lancement de la version bêta a eu lieu début octobre, avec l’aide de développeurs. L’intégration du système de paiement a pris du temps. « Il est important que deux utilisateurs n’aient pas à renégocier après s’être mis d’accord sur un prix. Nous nous devions d’assurer que le paiement soit effectuée une fois la tâche effectuée, et non avant… cela nous a un peu ralenti, mais aujourd’hui tout fonctionne bien ». Taskhub, c’est également un nouveau départ pour le couple d’entrepreneurs. Elle a exercé comme professeur, a repris ses études et vient d’obtenir une maîtrise de droit, avec mention. Lui évolue dans le secteur bancaire. Ils ont mis toutes leurs économies dans ce projet, non pas pour faire de l’argent, mais pour « faire quelque chose qui a un impact positif sur la société ».

 

Taskhub en phase d’expérimentation

 Taskhub.co.uk est actuellement en phase d’expérimentation. Un groupe restreint, possédant identifiant et mot de passe, a accès à la plateforme depuis quelques semaines. « Il s’agit essentiellement de personnes qui nous soutiennent depuis nos débuts, quelques startups proches de nous. Chacun peut poster des annonces et se familiariser avec le site. L’intérêt est d’avoir des conseils et des feedbacks constructifs », explique Aurore. Il s’agit d’une avancée majeure dans l’aventure entrepreneuriale. Rien de cela n’aurait été possible sans une dose de bonne volonté et beaucoup de travail. Grâce à leur abnégation, Aurore Hochard et Rahul Ahuja ont remporté il y a quelques mois une compétition dédiée aux entrepreneurs. A la clé, un soutien financier non négligeable, celui du grand groupe O2 Telefonica. Un coup de pouce contre des actions : « Nous avons donné 10%, et nous recevons, par tranche, un maximum de 50.000 euros ». Aussi, ils peuvent profiter des installations de l’académie de Wayra, un open space en plein centre de Londres où sont réunies une dizaine de start-up. « Un lieu inspirant et plein d’énergie », selon la co-fondatrice. Le support de O2 est très appréciable dans le domaine de la technologie. « Nous pouvons bénéficier des connexions, de contacts intéressants pour le développement de nos activités. J’ai ainsi pu faire une présentation en français au maire de Londres, Boris Johnson, qui parle très bien français d’ailleurs » se rappelle avec amusement Aurore Hochard. D’ailleurs le directeur de l’académie Wayra a travaillé pendant 20 ans dans le marketing avec le patron de Virgin, Richard Branson. Aurore Hochard a bien conscience d’avoir l’opportunité de bénéficier de précieux contacts. Ainsi, la « team » de Taskhub a fait une apparition dans une vidéo de la BBC avec la nouvelle ministre de la Culture britannique. Elle apparaitra aussi dans l’émission Capital d’une grande chaine de télévision française.

 

 

 

 

Lire la suite du portrait sur Lepetitjournal

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire